En Asie Mineure, où le climat ne fut jamais propice à la bonne conservation des denrées alimentaires, le lait fermenté - laits d'ânesse, de buflonne, de chamelle et de jument, beaucoup plus rarement de vache - est une tradition deux fois millénaire. 

Reconnu très tôt pour ses propriétés thérapeutiques, les médecins arabes l'introduisirent dans leur pharmacopée. 

En Europe, sa consommation resta essentiellement cantonnée aux Balkans et aux pays danubiens, où il n'était pratiquement élaboré qu'à partir  du lait de brebis. 

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que le yaourt (dont le nom est dérivé du bulgare "yoghourt", qui signifie "longévité") est entré dans nos habitudes alimentaires, avec l'essor de l’industrie laitière.